Réaliser une terrasse : ce qu’il faut prévoir

Comparée à la construction d’une maison, la réalisation d’une terrasse apparaît presque comme une formalité. Pourtant, il s’agit d’un ouvrage plus complexe qu’il n’y paraît. Une terrasse doit en effet obéir à des règles précises, à commencer par celles d'urbanisme.

 

Réaliser une terrasse : orientation, dimension, ragréage

Les formalités administratives pour réaliser une terrasse

Terrasse non couverte, de plain-pied, de moins de 5 m²

Administrativement, le cas le plus simple est celui d’une terrasse non couverte et de plain-pied avec le terrain.

Dès lors que sa surface ne dépasse pas 5 m², sa réalisation ne nécessite aucune formalité administrative. Sauf si le terrain est situé à proximité d’un site classé, donc dans une zone contrôlée par les services des architectes des bâtiments de France (ABF), qui doivent alors approuver le projet.

Terrasse de plus de 5 m²

Au-delà de 5 m² et dans les communes où un plan local d’urbanisme (PLU) est en vigueur, tout dépend, en général, des limites fixées à l’emprise au sol des constructions par rapport aux espaces verts et à la surface du terrain.

L’emprise au sol comprend celle de la maison et celle des autres surfaces couvertes (remise, abri de jardin, carport, terrasse couverte…).

S’y ajoutent les terrasses non couvertes construites à plus de 60 cm au-dessus du sol. Un PLU peut ainsi imposer au moins 40 % d’espaces verts et limiter l’emprise au sol des constructions à 40 %. Les 20 % restants peuvent être aménagés librement, sous réserve de rester de plain-pied ou à moins de 60 cm du sol. Au-delà, la surface de l’ouvrage (donc de la terrasse) s’ajoute à l’emprise au sol des constructions et peut nécessiter l’obtention d’un permis de construire.

En cas de doute, une visite au service urbanisme de sa mairie s’impose.

Orienter et dimensionner une terrasse

Une orientation qui dépend de la maison

En règle générale, une terrasse se situe dans le prolongement du séjour afin de faciliter les allers-retours entre la maison et l’extérieur. Son orientation dépend donc de celle de la maison.

Si elle est orientée plein sud, il est impératif de créer un coin d’ombre (avec un store banne, des végétaux, etc.) pour pouvoir profiter de la terrasse même au plus fort de l’été. Si la maison est située dans une zone venteuse, il est conseillé de briser la circulation du vent à l’aide d’un mur en pierre, de plantes…

Des dimensions selon la façade

Les dimensions découlent le plus souvent de la longueur de la façade. En principe, la terrasse se développe d’un bout à l’autre de la façade, sauf si cette dernière mesure plus de 10 m.

Pour que la terrasse puisse accueillir entre 8 et 10 personnes confortablement, il faut compter environ 15 m² (soit environ 3,50 x 4 m). Cela permet par ailleurs de disposer d’un peu d’espace pour circuler autour sans avoir à marcher sur l’herbe.

Le ragréage coloré : une alternative au carrelage pour la terrasse

Habituellement carrelée ou dallée, voire recouverte de lames ou de caillebotis en bois, une terrasse peut aussi accueillir d’autres types de revêtements, comme un ragréage coloré.

Fibré, le ragréage coloré pour terrasse a la particularité de pouvoir rester nu, de corriger les défauts de planéité de la chape/dalle et de former la pente d’évacuation des eaux de pluie. En outre, il apporte un réel cachet à la terrasse et un confort à la marche. Cette solution évite d’avoir à poser un carrelage, limite l’encrassement et facilite le nettoyage. En revanche, la mise en œuvre d’un ragréage coloré nécessite au préalable l’application d’un primaire d’accrochage.

Vous souhaitez carreler votre terrasse : comment poser du carrelage extérieur ? 

Vous pouvez comparer jusqu'à 4 produits.

Comparer