Sols à usage industriel : les régles de l'art

Suivez-nous pour assurer la performance mécanique et chimique de vos sols à usage industriel dans les règles de l'art. 

Document de référence

Les informations essentielles ci-après ne peuvent suppléer le texte officiel : Cahier du Guide Technique n°3577 - Janvier 2010.

  • Le document s’applique aux locaux à usage industriel caractérisés par la prédominance de sollicitations mécaniques et chimiques sévères tels que les entrepôts de stockage, les ateliers de production de l’industrie mécanique, agro-alimentaire, chimique, pharmaceutique, électronique ou mécanique, les hangars aéronautiques, les coopératives agricoles, les imprimeries, quelle que soit la nature du revêtement de sol ou de la couche d’usure.
  • Il distingue deux cas :  les couches d’usure incorporées au béton frais et les revêtements rapportés (adhérents ou désolidarisés) sur béton durci.

Indices de sollicitation du sol

Une analyse systématique du processus industriel est nécessaire ainsi qu’une définition rigoureuse des exigences qu’impose la situation étudiée. L’aptitude à l’emploi d’un sol dans un local se traduit par un classement P/MC du produit au moins égal au classement I/MC du local. Chaque sollicitation est caractérisée par un indice caractérisant un degré d'agression :

  1. faible,
  2. modéré,
  3. fort,
  4. important.
I P R U
3 1 4 4

 

Performances mécaniques (lettre m du classement i/mc)

LA CHUTE D’OBJET (I)

Elle sollicite la couche d’usure pouvant aller jusqu’à produire sa dégradation (exemple : formation d’éclats ou de fissures) mais aussi le plan d’adhérence (exemple : risque de décollement ponctuel et d’éclatement local à terme).

Niveau 1
(l = 1)
Niveau 2
(l = 2)
Niveau 3
(l = 3)
Niveau 4
(l = 4)
Léger et
exceptionnel
Faible énergie
et occasionnel
Énergie forte
ou fréquent
(courant)
Énergie
importante ou
très fréquent

 

LE POINÇONNEMENT (P)

Il concerne à la fois les charges uniformément réparties (auquel il appartient au gros-oeuvre de justifier le dimensionnement) et les charges statiques isolées qui doivent être caractérisées en se basant sur :

  • le maximum de la charge par appui,
  • la pression de contact exercée sur le revêtement,
  • la durée de contact.
Niveau 1
(P = 1)
Niveau 2
(P = 2)
Niveau 3
(P = 3)
Niveau 4
(P = 4)
CHARGE PAR APPUI
< 10 kN < 20 kN < 40 kN > 40 kN
PRESSION DE CONTACT
< 5 MPa < 10 MPa

 

LE RIPAGE (R)

Il est généré par le déplacement sur le sol sans roulage, d’une charge (exemple : une palette ou la fourche d’un chariot élévateur) et provoque une usure par rayure.

Niveau 1
(R = 1)
Niveau 2
(R = 2)
Niveau 3
(R = 3)
Niveau 4
(R = 4)
NIVEAU RISQUE D'APPARITION
Exceptionnel Occasionnel Normal Important

 

LE ROULAGE (U)

Les charges roulantes ont une action sur le sol à l’arrêt (charge statique isolée) et en mouvement (augmentation de la charge par roue avec la vitesse) avec des effets possibles tels que l’enfoncement, le fluage ou orniérage, l’usure lors du passage répété d’engins, l’encrassement en partie courante…

Afin d’apprécier l’intensité du roulage, il convient tout particulièrement de considérer :

  • le maximum de la charge par roue (en effet, la charge est rarement répartie de façon homogène sur chacune des roues),
  • le maximum de la pression de contact exercée par la roue sur le sol,
  • la fréquence de trafic.

 

Performances chimiques (lettre c du classement im/c)

L’agression chimique est caractérisée par  la nature chimique de chacun des produits susceptibles d’entrer en contact avec le revêtement de sol et pour chacun des produits : sa concentration, la fréquence de contact avec le sol, la durée de contact avec le sol.