Réaliser une douche à l’italienne : conseils et astuces avant de vous lancer

De plain-pied, totalement ou partiellement ouverte, une douche à l’italienne procure une sensation d’espace et une grande facilité d'accès. Une conception où l’ensemble des réseaux sont invisibles.

Faites le tour d’horizon des points à connaître avant d’entreprendre les travaux dans la salle de bains.

illustration article douche à l'italienne

Installer un réseau encastré dans le sol

Contrairement à un receveur classique, qui abrite une partie du réseau d’évacuation des eaux usées (siphon, tuyaux…), la création d’une douche de plain-pied impose une intervention sur le plancher afin d’encastrer les tuyaux et mettre le receveur au niveau du sol.

  • Tenez compte de la pente d’évacuation obligatoire (1 à 3 %) pour que l’eau s’écoule correctement.
  • En rénovation, établissez un plan de la salle de bains, à l’échelle, afin de positionner le siphon au plus près du réseau d’évacuation existant.
  • Dans le cas où cette pente ne peut être assurée, créez un faux plancher ou surélevez le receveur.

Permettre une évacuation efficace

  • Pour raccorder la bonde du siphon (ou du caniveau), utilisez des tubes PVC de Ø 40 mm si la descente des eaux usées n'est pas trop éloignée, ou si le réseau ne comporte pas un nombre important de coudes.
  • Dans le cas contraire, utilisez du tube PVC de Ø 50 mm.

Rendre invisible l’alimentation de la douche

Si le receveur cache le réseau d’évacuation, le réseau d’alimentation en eau est également masqué par les parois de la douche.

  • Selon la place disponible, encastrez les tuyaux dans le mur existant en réalisant une saignée, positionnez-les derrière une contre-cloison ou faites-les circuler dans l’épaisseur d’une cloison séparative. Utilisez pour cela des matériaux hydrofuges : plaque de plâtre, carreaux de plâtre, panneaux prêts à carreler, etc.
  • Si vous maîtrisez la soudure, réalisez le réseau avec du tube de cuivre Ø 14 x 1 mm. Afin d’éliminer les éventuels risques de fuites au niveau des raccords, utilisez, pour la partie encastrée, du cuivre recuit (en couronne). Pour plus de simplicité, vous pouvez également utiliser (en remplacement du cuivre) du PER. Simples à mettre en œuvre, les tubes de Ø 16 x 1,5 mm s’assemblent avec des raccords à sertir ou à compression.

Assurer une étanchéité absolue votre douche

Point crucial d’une douche à l’italienne, l’étanchéité. Apportez-lui le plus grand soin car la moindre fuite ne peut être détectée immédiatement. Selon vos compétences, vous pouvez installer un receveur « prêt à carreler » ou un receveur maçonné. 

  • Le premier, en mousse de polystyrène expansé à haute densité, est rapide à poser. Son étanchéité périphérique est assurée avec des bandes spécifiques qui doivent remonter sur les parois verticales sur 10 cm environ.
  • Plus complexe, le second nécessite de réelles compétences en maçonnerie.
    • Appliquez un primaire d’accrochage à base de résine avant de réaliser une chape (mortier sec) pour former les pentes du receveur.
    • Après séchage, assurez l’étanchéité de la douche (pieds de mur, angles muraux, sortie de receveur, bonde…) à l’aide de bandes et manchettes d’étanchéité collées avec un mortier spécial.
    • Enfin, traitez les murs, sur toute leur hauteur, en utilisant une solution d’étanchéité liquide avant de poser le revêtement carrelé.

Coller le revêtement

Dans le principe, le carrelage du receveur est identique à celui de la salle de bains. Carrelage ou mosaïque, l’emploi d’un mortier-colle spécifique pour pièce humide est de mise.

  • Réalisez les joints à l’aide d’un mortier de jointoiement hydrofuge en poudre ou prêt à l’emploi. Si vous utilisez du joint de carrelage en poudre classique, il est préconisé d’ajouter un adjuvant plastifiant à l’eau de gâchage.
  • Autre solution : collez et de jointoyez le revêtement en une seule opération, avec le mortier bicomposant à base de résine époxy.