L’histoire des enduits Georges Weber

Les techniques ancestrales d’enduisage du bâti traditionnel sont un héritage inimitable et irremplaçable.

Pour la restauration du bâti ancien, les mortiers d’enduits, notamment de chaux et de plâtre-chaux, s’inspirent de ce savoir-faire centenaire et le perpétuent au-delà du temps et des technologies, en protégeant et décorant les façades anciennes.

Rénovation de façade - enduits Georges Weber
Patrimoine Georges Weber - enduit de façade

Les enduits Georges Weber, une histoire d'entreprise en héritage


Dès 1892, Georges Weber, maçon de son état, travaille ses recettes d’enduits traditionnels à la chaux aérienne. Il met au point ses préparations, améliore les principes ancestraux, affine ses solutions d’enduits vers plus de sensibilité et plus de performance.

 

En 1902, avec Jean-Baptiste Broutin, les deux fabricants de mortiers unissent leurs compétences pour offrir les solutions Weber et Broutin à la chaux aérienne et au plâtre, transportées dans des sacs depuis le canal de l’Ourcq à Paris, pour alimenter les chantiers de la capitale.

 

À cette époque, les maçons parlent de “sables-mortiers colorés”, de “simili-pierre” ou “d’enduits du marais”. Ces mortiers prêts à gâcher se développent rapidement dans toutes les régions françaises, avant de conquérir l’Europe et l’Amérique. Leur succès est énorme, grâce à leur formulation prête à gâcher et leur conditionnement en sacs.

 

C’est donc dans les racines de son histoire d’entreprise que Weber fonde son expérience pour la confection d’enduits patrimoniaux dédiés à la restauration du bâti ancien.
La signature Georges Weber identifie et légitime la sélection des enduits qui perpétuent une histoire qui a commencé il y a plus d’un siècle.

 

Notre gamme d'enduits Georges Weber