ITE nature pour une maison mosellane

Témoignage avant/après
  • 60 000 €
  • 2 mois
Réalisation weber à Metz (1)

Une isolation naturelle pour une maison  individuelle 

Ce projet d’isolation thermique par l’extérieur sous enduit avec un isolant en liège, webertherm XM natura, est l’histoire d’une rencontre : celle d’un maître d’ouvrage exigeant et d’un façadier attentif à la qualité et à l’image responsable de son entreprise.

Le contexte

Henri Soulard est propriétaire d’une maison des années soixante : « D’une surface de 210 m2, elle a été construite par des maçons avec des murs de 45 cm d’épaisseur. Nous l’avons achetée en 2014 et jusqu’alors nous n’avions réalisé que de légers travaux ».

C'est l'énorme facture de chauffage annuelle, de 4000 euros, et des problèmes en toiture qui incitent la famille à envisager une rénovation de plus grande ampleur. « Nous en avons profité pour tout repenser et, pour l’isolation, je n’envisageais pas autre chose que de passer par l’extérieur mais avec un isolant biosourcé, fibres de bois ou liège ».

Mais il cherche pendant un an une entreprise prête à se lancer dans l’aventure. Il finit par la trouver : ce sera PFF façade, une entreprise de la région qui a trente ans d’expérience. Son dirigeant, David Arslan,  explique : « Comme notre client, nous sommes sensibles à l’innovation et à l’écologie, ce chantier est conforme à notre image ».

L’œil de l'expert

Une chose est sûre, le client sait ce qu’il veut : « J’ai une formation technique et je voulais une solution qui laisse respirer le mur et apporte un déphasage thermique pour davantage de confort. » David Arslan, de son côté, reconnaît qu'il n'avait encore jamais travaillé avec un isolant en liège.  

« Etant membre du Qualiclub Weber, je suis sensible à l’innovation. Avec Weber, nous avons trouvé une solution adaptée au projet». C'est la solution liège, qui s'impose aussi au client : « L’entrepreneur nous a expliqué le procédé Weber, à base d’isolant liège, et en cours de certification. Nous l’avons suivi».

La réponse technique

C’est donc le procédé webertherm XM Natura qui est choisi par l’entreprise. Ce dernier combine des panneaux isolants en liège, un sous enduit et un enduit la chaux aérienne.

« C’est logique d’aller avec du minéral sur ce type d’enduit », explique l’entrepreneur. En effet, l’ensemble liège et chaux aérienne ne bloque pas les échanges de vapeur d’eau entre murs et extérieur, tout risque d’humidité dans les murs est ainsi écarté. 

En terme de mise en œuvre pour l’entrepreneur, la méthode ne varie pas : « Les panneaux sont un peu plus lourds que du PSE, il faut donc s’assurer que le support est solide, comme on le ferait pour un autre isolant, avec des tests à l’arrachement. D’ailleurs ici, il y avait une zone sur laquelle on avait un doute et que nous avons ponctuellement reprise », précise David Arslan. Le collage est réalisé en plein pour éviter les prises d'air. Petit avantage du liège : « Les panneaux sont bien calibrés, ce qui a évité le ponçage comme avec le PSE, d’où un gain de temps et la poussière en moins ».

La proposition esthétique

Pour le propriétaire qui a suivi le chantier de près, les choses se sont passées comme il le souhaitait. Il juge la finition importante car finalement le liège – « qui donne une impression de maison en pain d’épices, se souvient Henri Soulard » – est recouvert par un enduit à la chaux. « Nous avons choisi une finition à la chaux blanche en grain moyen. Nous en sommes très satisfaits, elle prend bien la lumière », conclut-il.  

Vous pouvez comparer jusqu'à 4 produits.

Comparer