Rénover les maçonneries anciennes

illustration fiches façadiers rénovation maçonneries anciennes

Dresser le diagnostic des fissures

Si l’instabilité du gros-œuvre n’est pas traitée, la fissure risque de réapparaître sur le nouvel enduit. La stabilisation du gros-œuvre peut nécessiter des interventions telles que reprise en sous-œuvre, mise en place de tirants ou d’agrafes couturant les fissures. Ces interventions ne sont pas toujours du domaine du façadier.

Il appartient cependant à l’entreprise (au titre de son devoir de conseil) de prévenir le Maître d’Ouvrage sur le risque de réapparition des fissures en cas de mouvement du support.

A toutes fins utiles :

  • effectuez un relevé des fissures (croquis ou photos par exemple), de préférence avant élimination de l’ancien enduit
  • pontez les fissures du support (par exemple à l’aide d’un treillis métallique soudé tel que dé ni dans le DTU 26- 1-NF P 15-201) afin de répartir les contraintes dans l’enduit.

Dégarnir les joints de maçonnerie

L’étape du dégarnissage des joints est primordiale pour la qualité et la pérennité de l’enduit. Cette opération conditionne son bon comportement en favorisant son adhérence sur les éléments maçonnés et en permettant un ancrage efficace sur le mur.

  • Joints correctement dégarnis (2 cm au minimum et jusqu’à 5 cm en fonction de la cohésion du mortier de joints et des dimensions de l’appareillage)
    • surface de contact importante entre enduit et blocs = bonne adhérence de l’enduit
    • éléments de maçonnerie saillants = ancrage de l’enduit
  • Joints insuffisamment dégarnis
    • surface de contact faible entre enduit et blocs = enduit peu adhérent, en particulier si le mortier de joint est friable
    • éléments de maçonnerie peu saillants = faible ancrage de l’enduit

Appliquer l'enduit

Appliquez weberlite grains colorés en deux étapes. Soyez attentifs à l'épaisseur et aux faux-aplombs. 

Appliquer la couche d’égalisation

Elle permet l’ancrage de l’enduit sur la maçonnerie. Servant de support à la 2ème couche, elle doit : 

  • être homogène, c’est à dire recouvrir intégralement le support et avoir suffisamment durci (au minimum 12 heures), 
  • permettre une épaisseur régulière de la 2ème couche. 

Appliquer la deuxième couche

Si le délai d’application entre les deux couches dépasse 3 jours, appliquez un gobetis de weberlite grains colorés adjuvanté de weber accrochage (un volume pour 4 volumes d’eau de gâchage) sur la couche d’égalisation avant de mettre en œuvre de la deuxième couche.

Appliquez-la selon la finition souhaitée.

Veiller à l'épaisseur de l'enduit

D’importantes variations d’épaisseur ou des surcharges locales d’enduit favorisent l’apparition de fissures. L’épaisseur d’enduit au nu de la maçonnerie doit être la plus régulière possible et ne pas dépasser 25 mm.

S'ajuster aux faux-aplombs

Si la maçonnerie présente un faux-aplomb ou d’importants défauts de planéité, il est généralement préférable d’appliquer l’enduit en suivant la topographie du support. Vous pouvez alors réaliser des rattrapages localisés à l’aide de renformis (laisser sécher 4 à 8 jours lorsqu’ils sont réalisés en mortier traditionnel).

Renforcer l'enduit aux angles des ouvertures

La fixation sur la maçonnerie de bandes de treillis métallique soudé (conforme au § 7,1 du DTU 26-1) noyées dans l’enduit, permet sans toutefois éliminer totalement le risque d’apparition des fissures, de répartir dans l’enduit les contraintes générées par ces points singuliers. Veillez : à la dimension des mailles (environ 10 mm), au diamètre des ls (≥ 1,4 mm), au traitement obligatoire de protection contre la corrosion

Respectez l'ensemble des points clés

Consultez la fiche technique et l’Avis Technique pour la mise en œuvre détaillée de weberlite grains colorés