Rénover les joints de carrelage : conseils et astuces pour des joints impeccables

Au mur comme au sol, les joints de carrelage sont exposés à l’encrassement et aux risques de chocs; sans oublier les moisissures qui peuvent s’y développer pour cause d’humidité résiduelle. Redonnez-leur tout leur éclat, quel que soit leur état.

illustration  article rénovation des joints de carrelage

L’encrassement des joints de carrelage, muraux ou de sol, peut avoir diverses causes.  Dans la cuisine ou la salle de bains, les produits ménagers s’associent au tartre pour former des dépôts qui évoluent en traces sombres. Et si l’humidité n’est pas évacuée, les joints se couvrent peu à peu de moisissures. 

Dans les pièces de vie, le phénomène concerne principalement le carrelage de sol. Là, les joints se salissent et noircissent au fil du temps.

Nettoyez efficacement les joints noircis, à l'aide de produits d’usage courant (eau de javel, liquide vaisselle, vinaigre...) ou spécialement formulés. Le temps et l'effort nécessaires varient selon l’encrassement et la façon de traiter les joints : pulvérisation ou badigeonnage suivi d’un simple essuyage, ou d’un brossage énergique.

Une solution pratique et efficace ?

Pulvérisez un produit spécial anti-moisissures, puis essuyez les joints à l’éponge après avoir laissé agir 15 à 30 minutes selon le produit. Sa formule concentrée élimine les traces noires en assainissant le support grâce à son pouvoir bactéricide et fongicide.

Retirer les joints de carrelage

Dans certaines situations (dégradations, farinage...), il faut procéder au dégarnissage des joints.

Selon leur largeur et la dureté du mortier mis en œuvre, l’opération s’effectue de façon manuelle (grattoir à déjointer, burin plat...) ou mécanique. Dans tous les cas, il s’agit d’un exercice délicat pour ne pas déraper et ébrécher les carreaux.


Parmi les outils électroportatifs, l’un des plus efficaces est la meuleuse d’angle munie d’un disque diamanté. Par contre, cette machine agressive à grande vitesse de rotation exige une parfaite maîtrise et beaucoup de dextérité.

Un outil multifonctions est plus facile à utiliser. Équipez-le d’une lame en demi-lune au carbure de tungstène. Guidez la lame, sans forcer dessus mais en restant toujours concentré sur votre ouvrage.

Munissez-vous des accessoires nécessaires pour vous protéger des poussières et des éclats de mortier : gants, lunettes, masque…

Après dégarnissage, dépoussiérez la pièce et les joints. Si besoin, servez-vous d’un tournevis à lame plate pour détacher les particules encore accrochées. Nettoyez ensuite votre carrelage avec une éponge ou une serpillère humide.

Choisir le mortier de joints

Vous avez le choix entre un mortier à joints en pâte (prêt à l’emploi, en seau) ou en poudre (à mélanger avec de l’eau). Certains mortiers sont spécialement recommandés pour des types de carrelage, comme les carreaux rectifiés. Vous disposez aussi de mortiers pour joints fins, pour joints larges ou décoratifs (colorés).

Si les joints sont soumis à des déformations ou requièrent une haute résistance (HR), privilégiez un mortier spécifique compatible avec le support : vertical ou horizontal, intérieur ou extérieur.

Réaliser les nouveaux joints de carrelage

Préparez le mortier de jointoiement comme indiqué dans le mode d’emploi.

Les
joints en pâte doivent être mélangés manuellement, afin d’homogénéiser le produit et faciliter son application.

Étalez le mortier en diagonale à l’aide d’une taloche à joints ou d’une raclette en caoutchouc. Remplissez bien les interstices, tout en raclant le plus de mortier possible à la surface des carreaux.

Lorsque les joints commencent à durcir - au bout de 15 à 20 minutes en moyenne- nettoyez le carrelage avec une éponge de carreleur. Elle doit être humide mais pas ruisselante. Appliquez la sans appuyer, pour ne pas creuser les joints, et rincez-la très fréquemment à l’eau claire.

Attendez que les joints deviennent secs au toucher, puis essuyez la surface des carreaux avec un chiffon sec et propre.