Chapes et dalles à base de liants hydrauliques : les règles de l'art

Décryptez avec nous les essentiels du NF DTU 26.2 (avril 2008 et amendement de mai 2015) pour la pose de chapes et dalles à base de liants hydrauliques. 

chape weber

Documents de référence pour la pose de chapes et dalles

Le NF DTU 26.2 d'Avril 2008 et amendement de Mai 2015 définit les clauses techniques pour l’exécution des chapes et dalles dans les locaux intérieurs, sur supports neufs ou anciens remis à nu : en pose adhérente, désolidarisée ou flottante dans les locaux types P3 au plus ; en pose adhérente ou désolidarisée dans les locaux P4 et P4S (cuisines collectives uniquement).  Ce dtu s’applique pour des matériaux damés, réglés puis éventuellement lissés. Il ne s’applique pas aux chapes fluides ni aux locaux industriels.

Autres documents de référence : 

NF EN 13813      NF EN 206-1     Brochure Weber Sols

Choix des matériaux

Type de local en fonction de la sévérité de l’usage

Supports admissibles

Âge minimal du support

Mise en conformité des supports

En cas de défaut de planéité du support, de différence de niveaux ou de présence de gaines et canalisations, il est nécessaire de réaliser un ouvrage intermédiaire de préparation : le ravoirage. En effet, l’incorporation de gaines dans une chape n’est pas admise.
Le ravoirage sera réalisé de telle sorte que sa surface soit tangente à la canalisation de plus fort diamètre. Il vise à obtenir un support plan sur lequel réaliser la chape. La réalisation d’un ravoirage va donc permettre la pose d’une chape d’épaisseur constante sur toute sa surface.

 

Locaux types

Locaux types
A : Lit de sable 2 cm d’épaisseur
B : Lit de matériaux minéraux concassés 3 cm d’épaisseur maximum
C : Lit de sable stabilisé par 100 kg minimum de liant (100 kg/m3), 4 cm d’épaisseur maximum
D : Mortier dosé à 200 kg/m3
E : Mortier dosé à 325 kg/m3

Exécution

Sur un support nettoyé, propre et conforme aux pré-requis de planéité, on procèdera à une préparation adaptée au type de pose retenue. Le type de pose et les épaisseurs en oeuvre varient selon la sévérité d’usage des locaux.

Pour tous les types de locaux, la couche de séparation admise, pour une pose désolidarisée, est le film polyéthylène 150 μm. Il conviendra de poser une bande périphérique compressible le long de toute paroi verticale et élévation (canalisation, muret, escalier, etc.) de 5 mm d’épaisseur minimum, dépassant le niveau du sol fini de 2 cm. La pose sur sous-couche isolante n’est admise qu’en locaux P2-P3.

 

Joints et fractionnements

Tous les joints du bâtiment (dilatation, retrait, construction) doivent être repris dans l’épaisseur du ravoirage éventuel et de la chape avec une même largeur. Les joints de fractionnement seront réalisés à sec, par sciage mécanique ou par profilé plastique, sur au moins les 2/3 de la hauteur de la chape. Dans tous les cas, des joints seront positionnés aux reprises de coulage (joints secs), aux seuils de portes et selon la géométrie des locaux. Pour la réalisation de ces joints, il faudra se rapprocher au maximum de surfaces carrées.

États de surface de l’ouvrage fini et mise à disposition

Il est attendu un état de surface fin et régulier, après dressage à la règle, talochage puis lissage éventuel. Dans le cas général, la planéité doit se situer dans les tolérances suivantes : 5 mm sous la règle de 2 m et 2 mm sous le réglet de 0,2 m

La mise à disposition aux autres corps d’état va dépendre de la sollicitation des locaux. Délai après la mise en oeuvre de la chape :

  • locaux P2 - P3 : circulation piétonne : J+4, mise en service : J+6
  • locaux P4 et P4S : circulation piétonne : J+9, mise en service normale : J+16