Comment associer isolation thermique et esthétique lors d'un ravalement de façade ?

Témoignages Avant / Après
  • 2 mois
Rénovation et extension d'une maison avec les produits Weber

Rénovation d'une cité balnéaire dans le nord de la France

Pour la rénovation de cette ancienne demeure datant des années 50, l'entreprise de ravalement ETS Lherbier a procédé avec trois objectifs : confort, économie d'énergie et esthétique. Avec une solution isolante performante de faible épaisseur et une finition minérale, ce projet à haute valeur ajoutée s'est montré à la hauteur des attentes des clients. 

Le contexte

C’est dans une cité balnéaire au nord de la France que la famille Dubois a trouvé la maison de ses rêves. Enfin presque : « Une maison des années 1950 dans son jus, qui n’avait pas de caractère particulier à l’exception d’une petite tour », explique le propriétaire. Avec l'aide de leur architecte, les propriétaires vont faire de cette habitation sans charme apparent, la maison rêvée. Un projet de rénovation et d'extension, avec trois objectifs : confort, économie d’énergie et esthétique. Après une approche initiale « classique » de l’isolation qui ne satisfait pas le propriétaire, l’architecte intègre totalement l’ambition du client et suggère de faire réaliser une étude thermique globale par un cabinet spécialisé.

Ce dernier aidera à la définition du cahier des charges pour l’appel d’offres. L’architecte conçoit donc le projet avec une ITE et confie les travaux aux établissements Benoit Lherbier : « On travaille régulièrement avec lui. Il y a eu un appel d'offres que nous avons remporté pour la toiture et pour la mise en place de l’ITE ».

L’œil de l'expert

Si la proposition de Benoît LHerbier a été retenue, ce n’est pas un hasard. Celui-ci a tout de suite compris l’importance que revêtaient ces travaux pour ce maître d’ouvrage bien informé : « Au plan thermique, le client voulait une performance maximale par rapport à ce qui se fait actuellement ». Mais qui dit haute performance thermique dit bien souvent isolant épais et donc une surépaisseur. Sans oublier, un effet tunnel des plus inesthétique au niveau des ouvertures. L’entrepreneur a donc proposé une solution technique qui combine faible épaisseur de l’isolant et performance thermique.

« Il s’agit du système webertherm XM ultra 22 avec des panneaux de mousse résolique de 120 mm d'épaisseur. Avec un isolant classique en polystyrène (PSE) à performance égale (R = 5,45), l’isolant aurait eu une épaisseur de 200 mm ». 

La réponse technique

Ce choix impose une mise en œuvre soignée. Il n’est pas possible par exemple de poncer les panneaux, comme on le ferait avec un PSE classique. Le support doit donc être parfaitement plan et préparé. « Comme tout a été refait, c’était plus simple. Nous avions quatre murs avec de la brique revêtue de ciment pour la partie ancienne et des blocs bétons pour le neuf. » Mais l’exercice est d’autant plus sensible que la façade est complexe : « Nous avons eu quantité de découpes, notamment pour habiller les tourelles et au niveau des nombreuses ouvertures ». Idem au niveau de la toiture, où il était question d’organisation : « Il a fallu agrandir les points singuliers au niveau des rives, les descentes d'eaux pluviales, etc. »

La proposition esthétique

Côté finition, le projet est particulièrement soigné : un enduit minéral à la chaux aérienne qui confère à l’ensemble un aspect traditionnel sans être désuet, et de nombreuses modénatures : « Nous avons intégré à l’enduit un système de colombages pour retrouver l’aspect des villas locales ». Pour le choix des finitions et notamment la couleur, plusieurs propositions ont été faites au client : « Il y a eu cinq propositions directement sur la façade. Chacun y allait de son avis, finalement c’est mon épouse qui a tranché ».

Vous pouvez comparer jusqu'à 4 produits.

Comparer