Les bienfaits d’un intérieur insonorisé

illustration silentcare 2 1

Le monde actuel est extrêmement bruyant. Que ce soit la circulation automobile constante, le brouhaha des appareils électroniques, téléviseurs et autres systèmes multimédias, la communication passive et active omniprésente de la publicité, les appels téléphoniques et le bruit de fond des personnes, le volume sonore dans lequel nous vivons ne cesse de s’intensifier.

La densification urbaine, les technologies et les équipements générateurs de bruit, ainsi que l’activité humaine quasi permanente de jour comme de nuit, ont radicalement modifié notre environnement sonore : les niveaux de bruit autrefois tolérables sont devenus des nuisances qu’il faut aujourd’hui éviter et combattre. Cette augmentation du volume sonore et de l’exposition au bruit peuvent être une source de gêne, de stress et de problèmes de santé.

Il est important, pour le confort acoustique de chacun, de se protéger du bruit, créant ainsi une impression de sécurité et d’intimité. Or, s’il est un lieu où cette nécessité est particulièrement évidente, c’est bien celui où l’on habite.

Nous avons passé en revue les méfaits de la pollution sonore et les solutions qui vous permettront d’y remédier dans votre logement. Vous découvrirez également les bienfaits d’un intérieur insonorisé pour votre santé et votre bien-être.

Méfaits de la pollution sonore pour la santé

Sont considérés comme pollution sonore ou troubles sonores les bruits indésirables ou gênants. Ils peuvent perturber nos activités courantes et nuire à notre qualité de vie. Plus l’intensité et la durée d’exposition à la pollution sonore est élevée, plus ses effets peuvent être importants. Nuisible pour notre santé physique et notre bienêtre général, le bruit agit sur de nombreux aspects de notre vie, en particulier notre capacité de concentration, notre sommeil, nos rapports avec les autres et nos loisirs.

L’Organisation mondiale de la santé dresse une liste de sept catégories de méfaits pour la santé :

 perte d’audition

 communication perturbée

 sommeil perturbé

 problèmes cardiaques

 santé mentale

 diminution des performances

 comportement social et irritabilité

Des études montrent qu’en cas d’exposition au bruit, que ce soit pendant le sommeil ou à l’état d’éveil, l’organisme humain réagit par une élévation du niveau de stress qui déclenche une sécrétion d’hormones. Celle-ci peut accélérer le rythme cardiaque, augmenter la tension artérielle et affaiblir le système immunitaire. L’augmentation du stress peut même être un facteur de diabète et freiner le développement cognitif ainsi que l’acquisition du langage chez l’enfant.

L’exposition au bruit a également des effets psychologiques : colère, humeur instable, nervosité, manque de concentration, nausées et maux de tête. C’est pourquoi il est essentiel de respecter quelques règles de base pour combattre les agressions quotidiennes que subissent nos tympans.

Cinq règles pour réduire les nuisances sonores dans votre intérieur

1. Éteignez vos appareils

Appareils électroniques, ordinateurs, téléviseurs, systèmes multimédia et chargeurs de téléphones mobiles… tous les appareils font du bruit, même quand ils ne sont pas utilisés ou quand ils sont en veille. La pollution sonore générée par ces appareils (bruit de ventilateur, composant qui vibre ou en charge…) peut varier de l’inaudible à l’audible et être une source de stress pour les oreilles. Éteignez vos appareils électroniques, ou débranchez-les ne serait-ce qu’une fois pour entendre la différence. En plus, vous économiserez de l’électricité et la vie des batteries.

2. Optimisez le silence

Les appareils bruyants, tels que lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge ou chaudière, doivent être le plus loin possible de votre chambre et de votre salon. Placez votre lit de façon à ne pas entendre le bruit de la chaudière ou du climatiseur. Repérez les sources de bruit et essayer de les déplacer ou de les isoler. Programmez les activités bruyantes aux heures où elles auront le moins d’impact sur les occupants du logement et le voisinage.

3. Insonorisez votre logement

Grâce à des transformations et à des améliorations de votre intérieur, vous pouvez faire barrière au bruit extérieur, réduire le niveau sonore ou insonoriser des pièces. Les tapis et la moquette atténuent le bruit au niveau des sols. Les fenêtres sont souvent un point faible : installez des fenêtres à isolation acoustique et scellez les cadres pour atténuer le bruit extérieur. Posez des murs antibruit à l’extérieur et entre les appartements (en cas d’immeuble collectif) pour vous protéger du bruit extérieur. Le mobilier, par exemple des étagères, une tenture ou des rideaux aux fenêtres peuvent assourdir le bruit à l’intérieur d’une pièce. Posez des joints autour de vos portes pour empêcher les fuites acoustiques. Vous pouvez aussi remplacer les ventilateurs de vos appareils de ventilation par des modèles ultrasilencieux.

Pour nous, chez Weber, le plus important dans le secteur du bâtiment, c’est de se soucier des individus et de l’environnement dans lequel ils vivent. C’est pourquoi, lors de la conception des bâtiments et des matériaux, nous tenons compte des problèmes acoustiques de la vie actuelle. Nous investissons dans des systèmes de construction, des matériaux et des technologies révolutionnaires pour faire évoluer la conception des bâtiments en améliorant le confort acoustique.

4. Bouchons d’oreille et casques à suppression de bruit ambiant

Les bouchons d’oreille peuvent être une solution simple et efficace pour vous isoler du bruit la nuit et bénéficier d’un sommeil réparateur. Vous pouvez également en porter pendant la journée si vous avez besoin de vous concentrer ou opter pour un casque à suppression de bruit ambiant. Écouter de la musique douce relaxante ou toute autre ambiance sonore d’intensité modérée aide à réduire le stress et à augmenter la concentration.

5. Créez des sons positifs

S’il est impossible de supprimer certains bruits de votre environnement, vous pouvez contrer ou supprimer la pollution sonore par des sons apaisants. Un carillon éolien, une fontaine intérieure, une flambée dans la cheminée(ou sa reproduction sonore) peuvent masquer le stress désagréable que subissent vos oreilles. Une autre méthode plus révolutionnaire consiste à utiliser un générateur de bruit blanc, qui produit un son de toutes les fréquences audibles semblable à celui d’un poste de télévision ou de radio réglé entre deux stations. Il peut avoir un effet apaisant et, à partir du moment où votre cerveau s’y est habitué, vous finissez par ne plus rien entendre.

Les bienfaits du silence sur le bien-être

Les recherches sur la pollution sonore se poursuivent, ainsi que les études sur les effets du silence sur notre corps, notre esprit et notre bien-être général. Voici quelques exemples des améliorations que peut apporter une maison insonorisée.

Moins de stress

Au fil de l’évolution, notre cerveau a continué à associer le bruit (en particulier les bruits de grande intensité) au danger. Le son est un signal qui déclenche une réaction de stress, qu’on le veuille ou non. En l’absence de bruit et de sons, les tensions dans le corps et l’esprit sont relâchées. Le stress général est réduit. Des chercheurs ont observé que le silence total était plus utile pour la relaxation que n’importe quelle musique relaxante.

Un sommeil de meilleure qualité

Un sommeil perturbé par le bruit peut être une cause d’insomnie, de fatigue, d’épuisement, voire de dépression. Tandis que des nuits sans bruit et des moments de calme au cours de la journée améliorent considérablement la qualité du sommeil et du repos, ainsi que la vigilance et la capacité de concentration pendant la journée.

Une sensibilité accrue

Quand le cerveau a moins de bruit, voire aucun son à traiter, il peut se concentrer sur les autres sens. Ne pas avoir à lutter contre le stress permanent de la pollution sonore permet de mieux se concentrer sur ce que l’on voit, sur les odeurs, les goûts, les sensations tactiles ainsi que sur ses pensées, ses émotions et ses intentions.

Régénération et croissance des cellules du cerveau

Des chercheurs ont montré que le silence pouvait favoriser la formation de nouvelles cellules dans la partie principale du cerveau associée aux souvenirs, à l’apprentissage et à l’émotion. Les cellules existantes se régénèrent, tandis que celles qui viennent de se former se différencient pour devenir des neurones et intégrer le système

Amélioration de la mémoire

Même en l’absence de son, le cerveau reste actif. Certaines personnes disent avoir, dans le silence le plus total, des hallucinations auditives. Cela s’explique par le fait que le cortex auditif du cerveau continue à fonctionner. Quand il n’a pas à traiter de bruits externes générateurs de stress, on peut littéralement s’entendre penser. L’esprit peut revenir sur des conversations, exprimer des pensées ou des émotions, se souvenir de sons, d’airs, de voix ou de musiques, ce qui améliore notre mémoire.

La réflexion

Le bruit oblige le cerveau à traiter et à discerner des sons. Sans cette distraction et cette stimulation, il peut se relâcher. Cela ne signifie pas pour autant se fermer totalement à tout. Au contraire, cela permet de se connecter à un autre niveau d’activité mentale et à une partie différente du cerveau. Écouter ce qui se passe à l’intérieur, tourner ses pensées et sa concentration vers soi et recharger son esprit par la réflexion.

Le silence est d’or

Maintenant que vous connaissez les méfaits sanitaires de la pollution sonore et des sons générateurs de stress, il ne vous reste plus qu’à suivre les conseils que nous vous avons donnés pour diminuer le bruit chez vous. Le silence crée un espace pour penser, se concentrer, se ressourcer et améliorer sa santé ainsi que son bien-être physique et mental. Quand vous aurez goûté aux bienfaits du silence chez vous, vous rechercherez de nouvelles occasions d’apprécier l’absence de bruit tout au long de la journée et de votre vie.

Vous pouvez comparer jusqu'à 4 produits.

Comparer